Les types d'exploitations

 

À la suite de notre recherche il nous à été possible de discerner 5 types d'exploitaions des humains. Bien que ceux-ci se rapproche tous fortement de l'esclavage, nous les considérons comme des formes d'exploitation. Afin de vous les expliquer, nous les avons classée en ordre de gravité, donc du moins pire au pire.

L'exploitation en temps de conflits armés

Ce premier type d'esclavage se démarque des autres car il se produit seulement en temps de guerre et ce n'est généralement pas pour des fin économique mais bien pour le bénéfice des soldats. Il est également de plus courte durée que les autres types d'exploitation.

Au Japon,esclave sexuelle pour l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale

L’esclavage durant les conflits signifie, essentiellement, que les combattants, qui ne respecte pas les conventions des droits de l’homme, ont des propriétés sur des personnes. Cela peu signifié l’asservissement de personnes pour combler les besoins des combattants armés. De plus, les personnes qui sont asservis, à la suite de conflit, peuvent être entrainées à servir la cause des soldats. Les femmes et les enfants sont des victimes plus sujettes à cette forme d’esclavage, car ils sont très vulnérables et de part leur statut social négligeable. Les femmes sont violées et elles peuvent devenir l’esclave des forces rebelles en temps de conflit. Cela constitue même une stratégie afin de terroriser la population. Les femmes et les jeunes filles sont souvent mariées de force aux combattants. Lors de conflits armés, plusieurs femmes ont été enlevées afin de servir d’esclavage sexuel aux hommes  et elles  effectuent aussi des taches ménagères pour ceux-ci. Cette forme  d’esclavage est un phénomène qui a surtout été observé dans les conflits des pays d’Afrique.

 

Le travail forcé et la servitude pour dette

Le travail forcé signifie qu’une personne se retrouve à exercer un travail sous l’obligation  et sous la menace et que la personne n’a pas délibérément offert  de travailler. Cependant, cela exclu les personnes qui sont obligés de faire leurs services militaires et civiques.  Les personnes sont recrutées dans l’illégalité par plusieurs forces en présence ou par des particuliers. Un phénomène important, qui touche tous les pays du monde, est pratiqué. L’une des formes du travail forcé est la prostitution. Celle-ci sera élaborée dans le prochain point. Le travail forcé peut être également d’obliger une ou plusieurs personnes à travailler dans des conditions exécrables. De plus, ils ne reçoivent aucun salaire. Au Brésil, entre 1991 et 2001, près de 2000 personnes qui étaient victimes de travail forcé ont été libérés.

 

 La servitude pour dette signifie qu’une personne va offrir ses services ou les services d’une personne dont elle a les droits à un autre individu. Cet acte deviendra la garanti de remboursement d’une certaine dette. La durée et la nature des services peuvent varier. Selon l’association Anti-Slavery International, on peut compter près de 20 millions de personnes dans le monde qui sont victimes de cette forme d’esclavage.  Une femme peut être obligée d’emprunter afin de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, elle offre donc ses services à un particulier. Le taux de chômage en Albanie se trouve à 80%. C’est pourquoi, plusieurs familles du pays donnent leurs enfants jusqu’à ce qu’ils réussissent à rembourser leurs dettes. C’est le type d’esclavage le moins connu aujourd’hui.

 

La prostitution et le tourisme sexuel

La prostitution peut être définie comme étant le travail du sexe. Les individus peuvent être amenés à combler les besoins sexuels d’une autre personne. Certains se retrouvent à être des esclaves sexuels et d’autres le font volontairement. C’est également une méthode pour oppresser les femmes. Celles-ci sont considérées comme un objet auquel les criminels font du profit. Elles sont des investissements. Cette forme d’esclavage tire ses origines des marchés d’esclaves d’autrefois et des nombreuses altérations du statut de la femme dans les sociétés du passé. C’est un phénomène qui existe dans tous les pays. Aucun pays n’est à l’abri d’une telle forme d’esclavage. Selon le rapport des Nations Unies, on compte 200 000 travailleuses du sexe dans l’Union européenne. Donc, c’est une forme d’exploitation encore bien présente dans nos sociétés.

 Publicité de l'ECPAT France contre le tourisme sexuel

Le tourisme sexuel se rapporte aux touristes qui sont en visite à l’étranger pour avoir des relations sexuels avec des habitants locaux. Les touristes qui utilisent ce type d’esclavage sont, pour la plupart, des Occidentaux. Ils utilisent ce type de service, car dans leur pays se sont des pratiques interdites et qu’ils se donnent bonne conscience, car ils pensent qu’ils aident ces personnes en les payant. Ils croient qu’ils contribuent au développement du pays. Le tourisme sexuel est un phénomène qui touche généralement les enfants et les femmes. Se sont les principales victimes, car ils sont facilement manipulable du à leur éducation inexistante. Cette forme se rapporte de près à la prostitution. En effet, cela entraine la prostitution de plusieurs centaines de milliers de personnes. De plus, le tourisme a entrainé le déplacement de 600 millions de personnes. C’est donc une activité en expansion économique. Elle est aujourd’hui considérée comme le troisième commerce illégal au monde. Ce phénomène est très observé dans les pays du Tiers  Monde. On peut observer que le tourisme sexuel qui touche les enfants est plus facilement condamnable que celui-ci qui touche les personnes adultes. De plus, ce type d’esclavage contribue à la transmission des infections transmise sexuellement tel que le sida. Ce phénomène s’accroit à cause de la globalisation touristique.

 

La traite et le trafic humain

La traite signifie d’acquérir une personne en la capturant afin d’en faire un esclave. Il y a deux formes de traite. Premièrement, il y a la traite internationale. Celle-ci est définie par l’acquisition d’une personne venant d’un autre pays et que ces personnes se retrouve dans un autre pays. La traite interne signifie qu’une victime reste dans le même pays. Une personne qui est kidnappé en sol canadien va rester dans le même pays. Le système économique libérale tel que l’on connaît aujourd’hui permet aux trafiquants de s’enrichir et d’opérer leurs activités sans trop de résistance. En 2004, les Etats-Unis rapporte qu’environ 600 000 à 800 000 personnes sont victimes de la traite. Cela engendrerait des profits de 9,5 milliard $US. La traite des esclaves d’aujourd’hui est bien différente de celle d’autrefois. En effet, se sont tous les types ethniques qui sont touchés. Les victimes viennent de tous les continents.

 

Quant au trafic humain, cela signifie d’exporter et d’importer des personnes victimes de la traite dans un autre pays de façon illégale. En 2005, la GRC a compté près de 1400 victimes de la traite qui avait pour destination finale le Canada. De plus, la Gendarmerie Royale du Canada a également estimé qu’entre 1500 et 2200 victimes de la traite sont exportées en Amérique du Nord. Les femmes et les enfants sont les principales victimes de ce trafic. Plusieurs facteurs permettent la continuité du trafic tel que l’économie des pays,  la demande sexuel accrue et la corruption de certaines administrations.

 

Le travail sous payé

Les travailleurs qui sont véritablement sous payé, peu importe le pays, sont victimes d’exploitation. C’est notamment le cas des travailleurs du Tiers-Monde.  Ces personnes n’arrivent pas à subvenir à leurs besoins fondammentaux et également à ceux de leurs familles.  Dans de nombreux cas, ces personnes sont réduites en esclavage par les multinationales, qui elles ne désirent que de s’enrichir. Ces travailleurs vivent dans des conditions déplorable et travaille dans des conditions inhumaines. Leurs droits fondamentaux ne sont pas respectés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site