Ce qu'il en ait aujourd'hui

 

Bien qu'aujourd'hui la forme d'esclavage conventionnelle ne soit plus présente, celle-ci à laissé place à une nouvelle forme. Bien que beaucoup moins précise que la forme de l'époque, celle ci est toujours un phénomène ayant beaucoup trop d'ampleur. Désormais, on parle de traite, de trafic humain, de servitude pour dette, de travail forcé ou obligatoire, d'esclavage en temps de conflits armés mais tout cela se résume en un mot, de l'exploitation.

Désormais, ces cas d’exploitation et d’asservissement prolifèrent, la majorité du temps, dans l’ombre. C’est une cause relative à l’abolitionniste. C’est notamment le cas de la traite humaine. Ce qui motive ces formes d’activité c’est l’appât du gain et les besoins économique. En 2004, Les États-Unis estimaient qu'environ 600 000 et 800 000 individus étaient vistimes de trafic humain et que cela engendrait des profit de 9,5 milliards de dollars US aux trafiquants. Tous les pays peuvent être sujet à ces activités illégales. Même la Canada qui semble un pays protégé compte environ 2000 personnes par années qui sont vistimes de ce trafic. Encore aujourd’hui les personnes sont des victimes. Plusieurs milliers de femmes et d’enfants sont déportés pour le trafic. Ils sont victimes d’abus de toutes sortes. Certaines personnes peuvent opéré dans ce système d’activité pour survivre. En effet, près de 80% des familles dont les enfants subissent le trafic sont au chômage, en Albanie. C’est également le cas des familles du Tiers Monde qui travaillent sans relâche afin de survivre. Ils sont donc victimes d’exploitation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site